Retour au calme après une activité intense... Calmons-nous!


Salut les sportifs! J'espère que vous avez passé une belle longue fin de semaine de l'Action de Grâce et que vous en avez profité pour faire le ménage de l'automne! C'est bientôt l'hiver et c'est incroyable la quantité de chose à prévoir avant l'hiver: couper les plantes, serrer son set de patio, entreposer ses choses d'été, etc.

Bref, revenons au sujet du jour. C'est une conversation sur facebook qui m'a inspiré ce présent post. La question était s'il y avait des enseignants qui utilisaient un retour au calme après un cours d'éducation physique. J'ai trouvé cette question intéressante, puisque ce n'est pas tout le monde qui est à l'aise avec ce point. L'autre question était : est ce que le retour au calme est adéquat pour tous les niveaux? Enfin, quels étaient les moyens employés pour le retour au calme dans nos cours.

Parlons de ce sujet qui est intéressant et qui divise encore les enseignants, car on s'entend que ce n'est pas tous les éducateurs qui sont pro-retour au calme.


Les écoles de pensée

Un maximum de temps pédagogique

D'une part, il y a de nombreux théoriciens de la maximisation du temps d'enseignement pédagogique; c'est-à-dire 60 minutes de pure enseignement d'un thème éducationnel précis. Le retour au calme dans ce cas est une perte de temps pour les élèves et c'est des minutes en moins pour l'éducation physique. Ce qui n'est pas totalement faux.

La réalité est qu'il existe encore des écoles où il y a 1 heure trente de cours d'éducation physique par semaine, soit 1 semaine 2 cours et l'autre seulement un cours. Souvent, l'inconvénient de cette façon de fonctionner est qu'il y a des pédagogiques, des congés, des journées spéciales (journée de la rentrée, l'haloween, les photos, etc.). Cela fait donc beaucoup moins d'éducation physique pour certains groupes.

C'est probablement pour cette raison que le retour au calme n'est pas une option. Pour les partisans de cette théorie, les jeunes ont besoin de bouger; c'est donc dire que pour eux, les transitions entre les périodes d'enseignement servent de retour au calme. Je dois dire que je suis en accord avec cette pensée.

Retour au calme: un art de vivre

D'un autre côté, il y a ceux qui croient que le retour au calme est une nécessité et que c'est essentiel pour les enfants de se relaxer avant de retourner en classe. C'est un art de vivre que de relaxer! Le retour au clame est un pilier dans l'apprentissage des enfants, c'est un état d'être et un besoin fondamental de l'être humain que d'être relaxe. Pour les partisans du retour au calme, oui c'est nécessaire et même essentiel que d'avoir des activités de retour au calme à la fin d'un cours d'éducation physique. Un meilleur état d'esprit, que des bienfaits pour la concentration, c'est apaisant, etc.

Bref, le retour au calme est un moment pour les enfants d'apprendre à canaliser leur excitation d'après-cours d'éducation physique et donc un bénéfice à long terme, puisqu'ils apprennent à gérer un certain stress qu'ils vont vivre lorsqu'ils deviendront adulte dans le cycle métro-boulot-dodo.

Le choix...

C'est donc quelque chose à tenir en compte lorsqu'il vient le temps de choisir si l'on fait un retour au calme ou non. Je dirais que le tout dépend beaucoup de la nécessité de certains types d'élèves à se calmer. Il existe des élèves qui sont capables de se calmer sans l'intervention d'un enseignant, ils sont capables de faire la nuance entre le moment d'être excité et le moment de retourner au calme. J'appelle cela l'auto-gestion de son comportement. Ce genre d'élèves pratiquent souvent le sport de haut niveau : judo, boxe, arts martiaux, gymnastique, patins artistiques, hockey, etc. Dans ces sports, l'enfant apprend à canaliser son énergie et l'utiliser dans un cadre sportif stricte. Ils apprennent à utiliser leur excitation lorsqu'il le faut et ils apprennent à se calmer quand il le faut.

En revanche, il existe des élèves n'ayant aucune base pour s'auto-réguler. Aucune notions de d'auto-relaxation et surtout aucune idée de l'importance à être capable de se calmer seul sans l'intervention des adultes. C'est ce que j'appelle incapacité d'auto-gestion se son stress. C'est souvent des enfants qui s'élèvent seuls ou qu'il y a une absence de modèles familiaux.

L'auto gestion du stress ou de l'excitation dépend donc du milieu dans lequel l'enfant évolue. Avez-vous déjà remarqué que certains enfants avec vous sont totalement différents que lorsqu'ils sont avec leurs propres parents. C'est donc dire que les retours au calme en gymnase ne sont pas en vains, mais plus une forme d'apprentissage. Ils apprennent aux enfants qu'il y a un temps pour apprendre en s'amusant dans un cadre pédagogique sportif et qu'il y a un temps pour se calmer et relaxer.

Donc, un choix s'impose: faire ou non un retour au calme? Je vous suggère de tenir compte du milieu dans lequel vous travaillez, des élèves, du niveau de fébrilité, de vos valeurs, etc. Il est évident que ce n'est pas une nécessité de toujours faire un retour au calme. Vous pouvez en faire à l'occasion si vous le désirer. Garder à l'esprit que le retour au calme est bénéfique et est un apprentissage pour plus tard. Donc, à vous de prendre position et de décider si c'est une option ou non !



#retouraucalme #gymnase #éps #éducationphysique

298 vues
Abonnez-vous
à notre newsletter